CULTURE à l’église de valmunster

« Une chance exceptionnelle »

Laureen Stoulig, soprano installée à Oberdorff, a fait appel à ses talentueux amis pour initier un festival de musiques anciennes à l’église de Valmunster. C’est une première, et ça commence le 28 mars prochain. À découvrir.

• Mercredi 28 mars, à 20 h. Leçons de ténèbres pour le Mercredi saint de François Couperin, par les sopranos Laureen Stoulig et Monique Zanetti.

• Dimanche 29 avril, à 16 h. Sur le thème de l’amour sacré et profane, des oeuvres de Monteverdi, Merula, Strozzi interprétées par la soprano Laureen Stoulig et accompagnée à la harpe, théorbe, clavecin

et viole de gambe par Marie-Domitille Murez, Parsival Castro, Jean-Daniel Haro et Vincent Bernhardt.

• Dimanche 6 mai, à 16 h. Sonates de Mozart interprétées à la flûte et au piano-forte par deux artistes de renom : Jean-Pierre Pinet et Aline Zylberajch.

• Dimanche 3 juin, à 16 h. Des airs de Bach-Busoni, Bach-Kempff, Beethoven, Liszt et Ravel interprétés par le pianiste allemand Marlo Thinnes.

La proposition est audacieuse, presque un peu insolite. Une succession de concerts sera donnée – du 28 mars au 3 juin – au sein de l’église multiséculaire de Valmunster dans le cadre d’un tout nouveau festival de musiques anciennes.

L’invitation est formulée par une bande d’artistes très pointus, de renomméeinternationale, pour un prix modeste. « Plusieurs d’entre eux,d’habitude, jouent plutôt à Paris, New York, Tokyo, etc. », glisse ainsi l’un des organisateurs. Là, ils seront… en Pays de Nied. Il faut dire que tous sont des amis de Laureen Stoulig, une femme originaire du coin, et de Vincent Bernhardt, les organisateurs.

Le concept

Laureen Stoulig, soprano installée à Oberdorff, avait une idée assez précise en tête : faire découvrir l’église de Valmunster, « un lieu chargé de 1 000 ans d’histoire » en y initiant un festival de musiques anciennes. « Pourquoi un festival? Parce qu’un concert, c’est vite passé, lance-t-elle. Je sais que la formule peut plaire : j’ai régulièrement donné des concerts avec mes élèves dans cette église. À chaque fois, elle était pleine, il a fallu rajouter des bancs. » Elle évoque son projet auprès de Vincent Bernhardt, directeur du département Musiques anciennes au Conservatoire de Metz, et accessoirement un de ses amis. Il est partant. Ensemble, ils font appel à plusieurs de leurs connaissances qui, par amitié, acceptent de venir jouer en Pays de Nied, sans demander de cachets exorbitants.

Les oeuvres

« Sauf pour les vrais connaisseurs, les oeuvres interprétées ne sont pas connues du grand public », avoue Laureen

Stoulig. Il n’empêche, la spécialiste affirme que loin d’être réservé à une élite, le festival peut convaincre toutes les familles. « Ça fait toujours du bien d’écouter ces grands airs inspirés, sourit-elle. Leçons de ténèbres, par exemple, est un chef-d’oeuvre écrit pour le Mercredi saint… et qui sera interprété un Mercredi saint ! C’est pour ça que c’est la seule date qui ne tombe pas un dimanche. » Et comme il s’agit de musiques anciennes, les spectateurs pourront aussi découvrir des instruments méconnus comme le théorbe ou la viole de gambe (des instruments à cordes), ou encore le piano-forte (ancêtre du piano classique, après le clavecin, datant du XVIIIe siècle).

Infos pratiques

Pour chacun des concerts (voire les dates par ailleurs, NDLR), l’église de Valmunster ne peut qu’accueillir 150 personnes. Aussi, il est conseillé de venir un peu en avance et de réserver par téléphone au 06 03 40 33 55. Le tarif est de 17 €. En fin de concert, des dégustations de vins et de pâtisseries sont proposées.

Ma. K.